Notre premier atelier

Ce qui avait commencé comme une petite idée en janvier (cliquez ici, si vous n’avez pas lu le précédent billet de blog) a été mis en œuvre avec succès: Sustainability by Education a été créé en 2017, avec le but de combler le fossé entre les professionnels de la durabilité et les générations futures afin de et diffuser l’idée et le concept de durabilité. Au cours des derniers mois, un groupe d’étudiants d’InnoEnergy a élaboré un atelier interactif et intéressant pour les enfants de 9 à 13 ans, qui vise exactement à cela.Júlia Bayascas CaserasEsteban Pastor CalatayudSebastián ZaeraDavid CorcolesNatalia Escobosa Pineda et Leon Haupt ont développé de nouvelles approches et méthodologies pour créer une expérience d’apprentissage innovante. Idéer l’atelier lui-même n’était pas le seul défi auquel l’équipe était confrontée; trouver une école intéressée par le groupe à présenter et à pratiquer l’atelier était également une étape clé. Grâce à l’oncle de Júlia, l’École Col·legi Jesús, Maria i Josep , situé à Barcelone, souhaitait collaborer à ce projet et nous donner l’occasion de tester l’atelier dans trois classes de deux heures. Ainsi, la première semaine de mai 2018, l’équipe de six membres de Sustainability by Education s’est rendue dans cette école pour donner trois sessions d’une expérience pratique sur le développement durable à environ 70 étudiants.

La durabilité, c’est quoi?

La journée a débuté par un tour d’introduction permettant aux étudiants et à l’équipe de se connaître. Les enfants ont été surpris par leur curiosité, car il n’est pas courant que six jeunes de différentes nationalités visitent leur école. Natalia a rompu le silence et a ouvert la ronde d’introduction en prononçant son nom, sa future carrière de rêve quand elle était enfant et un mot auquel elle associe la durabilité. Les enfants étaient désireux de partager leur nom et leur vision, mais s’agissant de la durabilité, la plupart d’entre eux hésitaient à dire quoi que ce soit. Certains associaient durabilité et environnement, d’autres n’étaient pas capables de prononcer le mot et d’autres définissaient parfaitement le concept. Nous avons rassemblé les réponses et construit un diagramme triant les réponses en trois couches intégrées: environnement, société et économie. Avec de plus en plus de réponses, l’idée est devenue plus claire pour les étudiants: tout est interdépendant et la durabilité est ce qui crée un équilibre entre ces couches.

La capacité de charge, c’est quoi?

L’équilibre dans le contexte de la durabilité doit être expliqué plus en profondeur, car il est quelque peu abstrait et large. Par conséquent, la première activité était axée sur le concept de capacité de charge. Pour visualiser facilement ce phénomène, un jeu simple mais impressionnant montrerait rapidement ce que cela voulait dire. Dans ce jeu, David et Sebastian représentaient deux terres différentes avec deux mentalités différentes, chacune avec une tranche de pain: David, représentant la population consommatrice rapide et impitoyable, qui essaie d’obtenir la plus grande partie du pain en même temps. Sebastian, de son côté, était plus conscient du rythme de consommation raisonnable et tentait de le préserver autant que possible. Peu de temps après avoir commencé, la terre impitoyable (David) a commencé à s’étouffer et a apparemment commencé à souffrir de la consommation rapide. Au début, il était clair que le pain illustrait les ressources disponibles sur la planète. Júlia a demandé les observations et les interprétations possibles. Et tout le monde est arrivé à la bonne conclusion: si nous avons un impact négatif sur l’environnement dans un laps de temps trop court, la Terre ne pourra pas y faire face et sa capacité de charge sera dépassée. Nous devons être plus conscients de quoi et comment nous consommons. Parfois, nous voulons des choses dont nous n’avons pas besoin. Si nous continuons dans cette voie, nous ferons exploser la capacité de charge de la Terre et réduirons notre niveau de vie général.

La  tragédie des biens communs, c’est quoi?

Mais il y a plus! Un autre concept, fondamental pour la durabilité, a été introduit: « La tragédie des biens communs » (The Tragedy of The Commons)! Encore une fois, cette ronde a commencé avec plus de questions que de réponses. Les enfants ont été divisés en équipes, qui envoyaient une paire de leurs membres par tour pour gagner des bonbons pour l’équipe. Au milieu de la classe, une grande couverture a été étendue et maintenue ensemble par les premiers coéquipiers de chaque paire, puis des bonbons ont été placés sur la couverture sous tension. Tous les autres coéquipiers n’auraient que dix secondes pour se disputer les bonbons. La première manche s’est terminée profitable pour toutes les équipes. Chaque équipe a obtenu jusqu’à 10 bonbons. Au deuxième tour, les deux membres suivants ont dû travailler plus fort pour marquer pour leur équipe, simplement en raison du fait qu’il y avait moins de bonbons dans la couverture. Cela a été répété jusqu’à la participation des derniers membres de chaque équipe. Sur le tableau de bord, la baisse de rendement était très significative. Sebastian et Júlia ont à nouveau donné aux enfants l’occasion de tirer leurs propres conclusions: «Le jeu favorise les premières équipes!» Et «C’est injuste!», Ont déclaré certains. Après cela, les enfants ont été interrogés sur ce que les différentes équipes symbolisaient et sur la raison pour laquelle ce jeu reposait sur des bases rondes. Il a cliqué! Différentes équipes ont illustré différents pays ou continents. Les tours étaient de différentes générations. Les bonbons représentaient les ressources limitées du monde. Si tout le monde récolte en faveur de son propre profit, cela peut aller à l’encontre du bien social. Une récolte prospective et réfléchie peut réduire les divergences entre les continents et les générations futures. En établissant ce lien, les enfants ont bien compris que la durabilité était synonyme d’équité, d’accès équitable aux ressources pour tous et, bien sûr, de partage! Succès!

C’est quoi, une énergie propre?

Après tant de concepts abstraits, les élèves avaient quelques connaissances sur l’énergie en tant que clé d’un avenir durable. Néanmoins, en tant qu’ingénieurs en énergie, nous ne parlerons jamais assez de ce sujet! D’abord, Sebastian a présenté les ressources renouvelables et non renouvelables comme moyens de production d’énergie. Esteban a continué avec le PV solaire, l’immense quantité d’énergie provenant du soleil et le vent qui en résulte sur la Terre, qui peuvent être récoltés à l’aide de gigantesques éoliennes. Esteban a accentué le monde fascinant des énergies renouvelables avec une petite éolienne artisanale alimentant une LED alimentée par un séchoir. Cela a attiré l’attention des enfants. Certains étaient sceptiques et ont supposé qu’une batterie alimenterait la LED, mais Esteban a expliqué que l’énergie provient uniquement des petits moteurs électriques qui agissent de la même manière que la dynamo d’un vélo.

David a eu le défi de parler de l’énergie nucléaire et de ses avantages et inconvénients. Júlia a ensuite expliqué en quoi consistait l’exploitation de la biomasse et pourquoi les sources d’énergie non renouvelables sont toujours utilisées de nos jours. Finalement, David a conclu que l’efficacité énergétique est l’un des outils les plus puissants dont nous disposons en tant que consommateur. Après l’explication détaillée sur les ressources énergétiques, un autre jeu a aidé les enfants à traiter les nouvelles informations. Chaque table devait attribuer des déclarations différentes à la source d’énergie respective. Chaque table était supervisée par l’un des instructeurs pour s’assurer que le résultat de l’apprentissage avait été atteint.

Pourquoi les énergies renouvelables font-elles la différence?

Que signifie agir de manière durable dans le contexte des énergies renouvelables? Une fois encore, les enfants ont dû se séparer en équipes pour un jeu qui résume l’atelier. Des balles de ping-pong de couleur blanche et orange ont été distribuées à chacune d’elles. Les balles orange représentaient les sources d’énergie renouvelables, tandis que les balles blanches représentaient le gaz, le pétrole et le charbon classiques. Chaque équipe avait le même nombre de balles mais une proportion différente d’énergies renouvelables, au point que certaines équipes n’avaient aucune énergie renouvelable. Le jeu a été joué en tours. À chaque tour, les élèves devaient consommer deux unités d’énergie et choisir la ressource qu’ils utilisaient. Une fois que les enfants nous ont donné les ressources qu’ils ont choisies, nous avons retourné les balles de ping-pong orange et renouvelables dans le panier pour qu’elles puissent également être utilisées lors du prochain tour. Le premier tour a provoqué une légère confusion. Apparemment, les enfants ne s’attendaient pas à récupérer l’énergie renouvelable. Après le dernier tour, la quantité totale d’énergie restante de chaque équipe a été comptée. Cela symbolisait l’énergie qu’ils auraient eu pour la prochaine génération. Le but de l’activité était de montrer que les énergies renouvelables sont une ressource sans fin, sa consommation ne diminue donc pas votre réserve de ressources. Toutefois, si vous utilisez des sources non renouvelables, les générations suivantes ont moins d’options pour satisfaire leurs besoins en énergie. . Cette activité a permis de remettre en question et de renforcer la compréhension de la réflexion prospective dans le contexte des énergies renouvelables.

La Conclusion

Les objectifs de développement durable des Nations Unies

Les enfants étaient visiblement épuisés et l’attention avait baissé, mais lors d’une dernière tentative, nous avons conclu l’atelier en finissant par présenter les objectifs de développement durable (Sustainable Development Goals). L’énergie propre n’est qu’un objectif parmi d’autres, tels que: la faim zéro, l’eau potable et l’assainissement, l’absence de pauvreté et une éducation de qualité, avec 17 au total. Le plus important à retenir est que chaque personne dans chaque position puisse contribuer au développement durable.

Aprés l’atelier, c’est avant l’atelier!

L’interaction avec les enfants était incroyable et incroyablement inspirante! Cela nous a motivé à poursuivre sur cette lancée et à l’étendre à quelque chose de plus grand. Nous travaillons actuellement sur les commentaires des enfants et des enseignants. De plus, de nouvelles activités expliquant de nouveaux concepts sont en cours de préparation. La traduction du matériel de l’atelier sera également un sujet de préoccupation. Le matériel a été créé en anglais et a déjà été traduit en espagnol, mais d’autres langues suivront. En termes de diffusion, le matériel, y compris les instructions, sera bientôt chargé dans cet espace.
Merci à tous ceux qui ont été impliqués jusqu’à présent!

Traduit par Eloi Bigas Vila. Texte original de Leon Haupt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *